Les filles, heuuuuuuureusement que j'ai appliqué ce matin mon déodorant tyrannosaurus rexona, parce que mes glandes axilliaires viennent de s'alarmer un poil (sic). Je vous explique : de temps à autres, mue par la curiosité autant que par l'autosatisfaction, je flâne sur les pages statistiques de canalblog. Comme la plupart d'entre nous, je traque le crétin et le pervers, je m'amuse des coïncidences qui font concourir des mots anodins en des séquences inquiétantes... bref, je me fends la poire. Mais là, pas plus tard qu'il y a quelques minutes, un monde inconnu c'est ouvert à moi : j'ai constaté avec stupeur qu'un de ces putains de rosbeefs charmant internaute britannique s'était invité par le biais de translate.google.com... Alors comme ça, le Moulti-tâches est polyglotte et on ne m'a rien dit?

    Du coup, j'ai cliqué sur la page. Aaaaaaaaaaaaah! Méhècecé? Méhècecékeça? On dirait que c'est le bulgare adopté par un couple de flamands francophones, celui qui a écrit le mode d'emploi de ma machine à coudre, celui qui traduit les notices de montage chez Ikéa,  qui a fait la traduction! C'est pas que je sois complètement fluent in english, mais quand même ça m'étonnerait un tout petit peu que "chouettes copines" se traduise en anglais par "owls girlfriends", houououou... Et le pire, le pire, c'est un passage déjà assez peu intelligible en français, où je m'efforçais de retranscrire l'accent italien. Visez-moi ça : “If tou prrréfères to stick to the serviet-teuh, tou owe fairrre attention with the collar-leuh, perched if No, the serviet-teuh it désssssssirrre.” Eh bien. C'est pas demain la veille que j'ouvrirai sur l'international.