Moulti-débordée ces temps-ci, et moulti-déficitaire en énergie qui fait rigoler - maman, je ne me drogue pas, c'est une façon de parler-, je vous ai un peu abandonnés. Notez que je suis tenue d'écrire "abandonnés" au masculin, vu que trois hommes me lisent ; on dit à tort que le masculin l'emporte, c'est juste qu'il est grammaticalement non marqué, c'est-à-dire générique, dallas ton univers impitoyaaable, c'est-à-dire qu'un mec ne peut même pas se vanter d'être une entité sémantique distincte. Excusez-moi. Depuis qu'il y a dans le gouvernement des NiPutesNiSoumises qui fricotent avec le grand Bou(que)tin, je souffre de désordres sévères de la politesse. Bon. Tout ça pour dire que je suis revenue. Avec une salade formidable en prime, pleine de trucs glanés partout autour de la Méditerranée, et puis en plus en plus en plus une idée de vinaigrette qu'elle est bien bonne. Ah oui, et de surcroît en outre encore, je réponds enfin aux invitations de  Lili Violette, et pis Patata Frita, et pis ma gentille Isa, et enfin ma copine Anso qui a l'extrême amabilité de me faire accroire que quand je ne poste pas je lui manque... j'ai été moulti-taguée!

Salade sucrée salée Mare Nostrum

250 g de pâtes complètes (penne)
3 figues fraîches
2 aubergines
20 tomates cerises
1 bon morceau de figatelli (15-20 cm)
1 boule de mozzarella di buffala
3 cébettes
une poignée de feuilles de basilic


la vinaigrette ! la vinaigrette !

1 jus de citron
1 càs de confiture de tomate verte
vinaigre balsamique, huile d'olive, sel

Salade_mare_nostrum

1- Couper les aubergines en rondelles, les déposer sur une plaque, ajouter une lichette d'huile d'olive et faire griller au four.

2- Cuire les pâtes al dente et les rafraîchir rapidement sous l'eau froide.

3- Dans un saladier, mettre : les pâtes, les aubergines, les tomates coupées en deux, les cébettes en petits morceaux, de fines tranches de figatelli, des quartiers (ou plutôt des sixièmes) de figues, les feuilles de basilic ciselées.

4- Mélanger les ingrédients dans un ordre intelligent pour réaliser la vinaigrette : théoriquement, il convient de mettre 3 fois plus d'huile que d'éléments acides.

5- Juste avant de servir, rompre à la main la mozzarella et disposer les morceaux sur le dessus ; arroser de vinaigrette.

*************

Et pendant ce temps-là, à Vera Cruz...

*************

J'ai reçu plusieurs tags différents : des trucs par 4 et des trucs par 7. Alors j'ai décidé de faire 11 révélations sur moi-même, j'espère que le deal vous conviendra. Sinon, c'était 28, mais il se trouve que j'ai une vie.

Révélation haletante n°1 :
    Quand j'étais petite, je me suis enfoncé des groseilles dans les narines pour faire croire à ma mère que je saignais du nez. Quand je l'ai finalement trouvée, j'avais déjà commencé à suffoquer.

Révélation étonnante n°2 :
    Je suis légèrement émétophobe ; si un de mes enfants gerbe en voiture, je le vendrai à une mine de sel.

Révélation trépidante n°3 :
    A mon âge avancé, je n'ai jamais vécu avec un garçon. Ça va se produire dans deux semaines. J'ai peur. J'ai déjà pété accidentellement DEUX FOIS... que va-t-il arriver à présent?

Révélation ahurissante n°4 :
    En CM2, j'ai gagné le deuxième prix d'un concours régional de poésie. Je suis convaincue que c'est une rime malheureuse en -ite qui m'a coûté la victoire.

Révélation hallucinante n°5 :
    Après mon passage à Questions pour Un Champion, j'ai reçu, transmise par France3, une lettre du dernier homme sur terre à écrire à la machine, si si. Il m'a fabriqué des mots croisés d'amour, si si. Je suis contente qu'il n'ait pas mon adresse, oui oui.

Révélation transcendentale n°6 :
    J'ai appris le sanskrit à la fac. Ouais, c'est trop la classe. Ouais, je suis une intellectuelle. Ouais, j'ai tout oublié depuis.

Révélation mystique n°7 :
    Mes films fétiches sont : Blade runner (je voue un culte à Blade runner), The Big Lebowski (je vois qu'on est nombreux!), American Beauty, Donnie Darko ... les trois premiers Starwars ... pff ... je pourrais ne jamais m'arrêter. J'oubliais Princess Bride et Willow.

Révélation inouïe n°8 :
   Je tuerais ma mère pour une bonne vanne. Dieu merci, je n'ai jamais eu à aller jusque là, parce que les vannes me viennent facilement. Mais j'ai déjà fait de la peine à des gens que j'aime juste pour exploiter jusqu'au bout mon potentiel comique. Et je suis atteinte moi aussi d'une forme chronique du "dans ton cul".

Révélation touchante n°9 :
    Du coup, il y a des jours où je me fatigue moi-même, au sens propre : c'est dur de sortir de son personnage parfois, n'est-ce-pas?

Révélation énervante n°10 :
    Je ne supporte pas de marcher pieds nus sur une surface granuleuse, ni de manger une poire encore trop verte : sinon, ça me gratte à l'intérieur des paumes.

Révélation éprouvante n°11 :
    Je suis une quiche en géographie, à un degré risible. J'ai récemment prétendu que la Nièvre traversait Bayonne. Et aussi que le Grand Prix d'Amérique se courait en Amérique, ce qui est très, très con.